Crédit immobilier : une augmentation des taux définitive mais encore repoussée

2017 est un excellent cru pour le marché immobilier avec plus de 1 478 000 transactions, soit une hausse constante depuis trois ans.Ce sont plus de 223 milliards d’euros de crédit qui ont été injectés dans l’économie et consacrés à l’achat de logements grâce à des taux très bas.Dans près des trois quarts des acquisitions dans le neuf, c’est le prêt à taux zéro qui a plus de succès. Malheureusement, la situation risque de se retourner.Après une progression du taux moyen des crédits immobiliers de 0,35 % en 2017, on estime une hausse de 0,5 % en 2018.

 

Une hausse de taux à l’horizon

Le taux ne cesse d’augmenter depuis octobre 2017. En effet, les crédits accordés à cette période ont atteint 0,92% sur 10 ans, 1,28% sur 15 ans, 1,45% sur 20 ans et 1,77% sur 25 ans. On a aussi remarqué une hausse de 0,02 à 0,17% en un mois. Même si en novembre 2017, il y a eu une légère baisse, il ne faut pas se faire aucune illusion : la tendance générale est à la hausse. En effet, en fin d’année 2017, la demande de crédit était en forte diminution. Par conséquent, les banques ont été forcé à rogner leurs marges afin d’attirer de nouveaux clients.

 

2018 : une hausse limitée et mesurée

On peut s’attendre à franchir la barre des 2% en taux fixe sur vingt ans pour le premier semestre 2018. En effet, selon la Banque centrale européenne, la reprise économique est en cours et que le retour de l’inflation la conduira à relever son taux directeur, entraînant ainsi la hausse des taux du crédit immobilier.Si la croissance annoncée se maintient, la hausse des taux du crédit immobilier devrait rester limitée et mesurée.Pour l’instant,les taux immobiliers se cherche toujours une tendance, entre légers replis pour les excellents dossiers et légers relèvements pour certains primo-accédants.Sur la même lancée, les emprunts de plus courtes durées, c’est-à-dire de dix à quinze ans, devraient suivre le même mouvement.

 

Marché immobilier, en ralentit à cause de nombreux obstacles

Le marché immobilier est en ralentit ces derniers temps. La hausse des taux n’est pas le seul frein, car il y a aussi les « frais de notaire » et les autres dépenses liées à l’acquisition qui sont trop élevés d’après 67% des personnes interrogées par un sondage de l’IFOP. La lente réactivité des banques s’ajoute aussi à cette liste. En effet, derrière des taux d’intérêt attractifs,la demande d’une réponse rapide arrive en deuxième position dans la liste des attentes des clients. Enfin, les mesures gouvernementales n’arrangent pas les choses. Selon les personnes interrogées lors du même sondage, 31% d’entre-eux regrettent qu’aucun dispositif ne facilite l’accès au crédit pour les CDD, les personnes en intérim ou les travailleurs non-salariés. Pourtant, les personnes entre 25 et 34 ans sont les premiers à aspirer devenir propriétaires.

Quoi qu’il en soit, la hausse des taux est inévitable. Mais elle restera limitée car la croissance et l’inflation progressant lentement.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Plus dans Devenir propriétaire
pret relais
A quoi sert un prêt relais ?

Comment éviter un prêt relais ? Comment obtenir un prêt relais ? Emprunter en attendant que la vente d’un bien...

Fermer