Rachat de credit immobilier, c’est quoi ? 3


Il est notamment intéressant d’apprendre les significations et les procédures à suivre pour le cas du rachat de credit immobilier connu aussi l’appellation de restructuration de crédits ou consolidation de crédits. Ceci a pour but de vous permettre de payer moins par mois en choisissant de vous libérer un peux d’argent ou de réduire la longueur de votre prêt. Le terme crédit doit être crédible aux yeux des intéressés par les affaires financières et d’investissement.

 

Simulation de rachat de crédit immobilier

 

Il est toujours judicieux de renégocier son crédit immo ou son crédit conso et de passer pour cela par un comparateur de crédit. Cela vous aidera à trouver la meilleure proposition pour votre rachat de pret. De plus c’est rapide est gratuit !

L’exemple ci-après est une illustration des avantages perçus en cas de rachat de crédit immobilier sans pour autant influencer l’emprunteur de le pratiquer sans avoir essayé de renégocier auprès de sa propre banque.

Un emprunt de 200 000 Euros est souscrit sur 20 ans en 2009, au mois de décembre,  avec un taux d’intérêt de 5% + 0,35% d’assurance. Au mois de Janvier 2014, la révision du crédit fait gagner à l’emprunteur 24 353 Euros avec un taux de 2,9% sur les 191 mois de remboursement restants.

En chiffre, au moment de la renégociation, l’ancien prêt est de 173 735 et le nouveau prêt est de 182 353 qui offrent à l’emprunteur 8 618 Euros de différence positive. Le nombre de mensualités reste le même ; le taux hors assurance est de 5% pour l’ancien et de 2,9% pour le nouveau prêt. À la suite des calculs, la mensualité de 1 325 Euros devient 1 197 Euros pour le nouveau prêt et fait gagner 128 Euros par mois pour l’emprunteur. Au bout du compte, le coût total de crédit hors assurance prêt immobilier de 253 075 Euros pour l’ancien prêt devient 228 722 Euros. Ce n’est qu’un exemple pour dire que le rachat doit pouvoir offrir des résultats positifs à l’emprunteur, sinon il faut attendre la fin des remboursements.

Il est important de mettre en concurrence les banques et organismes de crédits afin de trouver la meilleure offre de rachat de credit immobilier. Ainsi, il est primordial de comparer les différentes offres du marché. Pour cela, une simulation de rachat de crédit permet de comparer les meilleures propositions. Cette dernière permet d’obtenir les nouvelles conditions d’emprunt auxquelles on peut prétendre. On n’a pas besoin que de quelques minutes pour faire la simulation, de plus elle est sans engagement !

 

Rachat  de crédit ou renégociation : ce qu’il faut savoir au minimum

 

Par définition, un crédit d’un crédit est un engagement, d’un particulier ou d’une société, qui doit être remboursé selon les termes du contrat conclus avec la partie prêteur. Il est donc très important de vérifier ses capacités de remboursement avant de s’engager dans une aventure financière qui, en général, dure plus ou moins longtemps.

Il est également capital pour l’emprunteur de s’informer sur les astuces de calcul  des différents chiffres et montants qui découlent des taux en vigueur et déterminent les engagements.

 

Rachat de crédit immobilier, c’est quoi ?

 

Un rachat de credit immobilier permet de partir sur de nouvelles bases plus avantageuses lorsqu’il est bien négocié. Il permet ainsi de mieux gérer les crédits sous certaines conditions. Il consiste donc à racheter un crédit existant et à le remplacer par un nouveau proposant un taux plus intéressant.

Par ailleurs, il est à noter que le rachat de crédit est encadré par la loi  en ce qui concerne les pénalités de remboursement anticipé et le montant maximum autorisé et applicable pour les banques bénéficiaires d’une rémunération lors d’une opération relative au remplacement du crédit par un autre crédit dans une autre banque. Ces mesures procédurières sont prises pour réglementer la pratique de refinancement de crédit immobilier. En effet, le rachat de crédit  doit être observé  en considérant  les visions des deux parties prenantes dont les banques et les particuliers. De leur côté, les banques croient qu’elles prennent des risques financiers en contractant un taux fixe et elles ont intérêt à voir le prêt arriver à terme.

De l’autre côté, les particuliers désirent profiter des baisses de taux pour renégocier sont prêts en cours, lorsque l’évolution des taux leur est bénéfique. Avec son crédit immobilier que l’on veut racheter, vous pouvez à la même occasion rassembler d’autres prêts que vous avez en cours, tel que le crédit à la consommation.

 

Les points à vérifier avant d’effectuer un rachat de crédit immobilier et les formalités

 

Une renégociation interne se fait avec la banque qui a contracté les prêts précédents ou auprès d’une autre banque ou d’un organisme spécialisé. Avant de réaliser un rachat de credit immobilier, il est essentiel que la durée restante du prêt en cours soit supérieure à la durée écoulée. Il est aussi important que le montant du capital restant dû doive être significatif, c’est-à-dire d’au moins 50 000 euros.

Les crédits renégociés doivent avoir une durée de vie assez longue. Par ailleurs, le différentiel entre le taux actuellement pratiqué et le nouveau taux doit être d’au moins 1 point.

Pour que le rachat de crédit apporte effectivement de l’intérêt pour l’emprunteur, les résultats des calculs doivent prouver que le coût total du crédit peut couvrir les pénalités de remboursement anticipé équivalentes au montant de six mois d’intérêt qui ne doivent pas dépasser les 3% du capital restant dû. Il y a aussi les frais de mise en place d’une nouvelle garantie et il ne faut pas omettre d’évaluer le temps nécessaire pour la mise en place du nouveau prêt et pour assurer les réalisations de transfert de compte.

 

Les formalités au préalable

 

Pour renégocier prêt immobilier, l’emprunteur doit être en règle vis-à-vis de l’administration, et pour le prouver, il doit fournir certaines paperasses lui concernant, son environnement de travail et de rentrées d’argent à savoir :

  • une pièce d’identité en son nom et en cours de validité,
  • un livret de famille vérifiant sa situation matrimoniale,
  • son bulletin de solde durant les trois derniers moins,
  • un avis d’imposition délivré par l’administration fiscale,
  • la copie du contrat de travail,
  • les pièces justifiant les apports personnels,
  • un original ou une copie certifiée du statut en cas de société SCI,
  • les tableaux d’amortissement des crédits en cours et
  • les offres de prêt des crédits personnels ou des crédits de consommation,
  • la dernière facture justifiant le loyer au cas où le particulier ou la société est locataire,
  • le titre de propriété de l’immobilier dont la valeur vénale est certifiée par un professionnel, les dernières factures d’électricité et celles des téléphones fixes.

D’autres documents peuvent être demandés par la banque, et le client aura intérêt à les fournir. Ces pièces justificatives montrent que le rachat de credit n’est pas une transaction prise à la légère car il concerne le quotidien du particulier ou de la survie s’il s’agit d’une société.

 

Les pièges à éviter avant d’entamer un rachat de crédit immobilier

 

rachat de crédit immobilier

Avant de se lancer dans un projet de refinancement de crédit, il est judicieux de bien déceler les différents pièges. En premier lieu, il est préférable de s’adresser à une ou deux banques en plus de votre propre banque, mais aussi à des organismes de prêts. Ensuite, il est bien de préciser qu’il est possible de négocier les frais de renégociation de crédit. Il ne faut rien payer tant que le crédit final ne soit octroyé.

Il faut être aussi vigilant concernant les frais inhérents au rachat de prêt immobilier car ceux-ci ne doivent pas être plus importants que l’économie qu’on souhaite réaliser en abaissant le taux. Il existe des règles que le client, l’investisseur particulier ou la société à but lucratif doivent observer  pour éviter les mauvaises surprises et les mauvaises décisions. Trouver avantage à l’issue du rachat d’emprunt est une règle, il faut partir des taux proposés sur le marché, puis contrôler les frais, comme les indemnités ou pénalités pour remboursement anticipé ou le coût de nouvelle garantie et faire le calcul.

Pour ce faire, les informations sur le capital restant dû sont nécessaires ainsi que la durée  restante du prêt en cours. Il faut aussi évaluer la durée du nouveau crédit et objectivement faire en sorte d’alléger les mensualités. Par rapport aux informations, si le prêt immobilier en cours se trouve à moins de 30% de la durée initiale, le rachat de crédit est conseillé à un taux d’intérêt inférieur d’au moins un point comparé à celui du prêt en cours, dans le but d’en obtenir un avantage.

Il faut surveiller les résultats des calculs avec le nouveau taux proposé sinon l’opération de rachat de crédit n’est pas judicieuse. Si le prêt en cours se trouve aux environs de 60% de la durée initiale de remboursement, le taux de crédit proposé doit être au moins deux points inférieurs par rapport au taux de crédit en cours, sinon aucun gain n’est possible lors de l’achat de crédit.

Si le prêt en cours atteint déjà 70% de la durée initiale, le rachat de crédit ne serait donc pas intéressant financièrement. Il est essentiel d’informer que dans le cas de remboursement de prêt amortissable,  une grande partie des intérêts du mois est remboursée en début de crédit. Ce qui fait que la proportion des intérêts dans chaque échéance diminue progressivement avec la durée restante. L’objectif de faire diminuer le taux d’intérêt n’est plus possible car le gain n’est pas évident compte tenu du processus financier.

 

Les différents frais à payer pour un rachat de prêt immobilier

le="text-align: justify;">La plupart du temps, il est difficile de réaliser un rachat prêt immo par la banque d’origine car elle accepte rarement de renégocier son taux. Ainsi, on est souvent obligé de faire une demande dans une autre banque. Cependant, cette démarche engendre divers frais. Ils sont généralement inclus dans le nouveau prêt immobilier, sauf concernant les frais de garantie.

Répéter plusieurs fois pour bien s’assurer des pour et des contre, le particulier emprunteur ou la société endettée doit refaire les calculs et maîtriser les données qui prouvent que racheter le crédit immobilier en cours est intéressant en prenant en compte le taux utilisé lors du contrat original et le taux actuellement mis en vigueur. Les astuces de calcul doivent prendre en considération les frais occasionnés par le rachat. En effet,  il ne faut pas omettre les diverses indemnités en ces de remboursement anticipé. Il y a aussi le coût de la garantie.

Une nouvelle garantie est exigible car le rachat de crédit équivaut à un nouvel emprunt. Il en existe différentes démarches à savoir : le cas d’hypothèque où le client doit s’acquitter des frais de main levée et prévoir la mise en place d’une nouvelle garantie ; puis il a le cas où la garantie en cours est une caution qui lui permet de récupérer 0,75% du fonds mutuels de garantie versé dans le cadre du premier crédit et de transférer la somme pour contribuer à la nouvelle garantie suscitée.

 

La renégociation est meilleure s’il faut revoir ses prêts immobiliers

 

 

Évidemment, le niveau très bas des taux d’intérêt des crédits, surtout le crédit immobilier, est une bonne occasion pour les particuliers et les sociétés qui interviennent dans l’immobilier. Cette réduction provoque pourtant de la contrariété pour les emprunteurs qui se sont engagés bien avant dans le temps. C’est quand même exaspérant de continuer à rembourser un emprunt avec un taux d’intérêt de 5% alors qu’on est informé que le taux descend jusqu’à 3%, voire 2,5%.

Alors que la renégociation est la moins onéreuse par rapport au rachat. Pourquoi ? Parce que  les frais sont moindres, par exemple l’emprunteur n’a pas à payer des pénalités pour remboursement anticipé, de nouveaux frais de garantie ou de domiciliation bancaire. Cependant, il faut tenir compte  que ce ne sont pas tous les établissements bancaires qui acceptent de renégocier les prêts immobiliers. Tout le monde connaît que la banque survit des intérêts versés par les emprunteurs, et donc substituer l’ancien prêt qui représente une source de revenu pour elle par un prêt moins coûteux n’est pas incontestable. L’emprunteur qui veut renégocier son prêt immobilier doit rassembler toutes les raisons persuasives pour convaincre la banque de procéder à la renégociation qui risque de diminuer en conséquence son revenu.

En effet, la renégociation  signifie un avenant au contrat initial lorsque la banque accepte de procéder, car il s’agit de réviser les taux appliqués sans avoir à rembourser au moyen d’un nouvel emprunt. Que ce soit un rachat de crédit immobilier ou une renégociation du taux du prêt en cours, l’objectif  de l’emprunteur est de gagner du point de vue financier. C'est-à-dire en raison du taux d’intérêt plus bas, les mensualités de l’emprunteur deviennent plus basses.

En plus, à la suite de l’accord de renégociation marquant la validation du dossier de l’emprunteur, il peut persuader la banque, pour son avantage supplémentaire, de négocier une minoration sinon une suppression des frais de dossier.  Si la renégociation est impossible, l’emprunteur est astreint d’aller voir une autre banque pour le rachat du prêt. Cette banque qui accepte de faire le rachat se voit gagner la multiplication de ses clients.

  • À tout emprunteur, il faut tout d’abord simuler le rachat de crédit en passant par un comparateur de crédit immobilier, en se déplacent à son agence bancaire ainsi qu’à d’autres organismes de prêt avant de prendre la décision finale pour racheter un crédit.